14 déc. 2004

Que le bruit se fasse beau, que le beau se fasse musique !
Et si cette musique m’était contée…
[De toute façon, pour beaucoup la musique que j’écoute c’est du bruit :-]

 {Accompagné par Riccardo Villalobos – Hireklon (sur « Un thé au harem d’Archimède » ; on Perlon)}

 
Basses, clapotis, basses…
Elles alourdissent l’atmosphère, lui donne ce goût brûlé
Basses et cliquetis, c’est les chevaliers qui font ti, ti, ti…
Une cascade, virtuelle, de sonorités irréelles
L’effet va en se détruisant, les ondes bougent autour de moi
Et les yeux fermés me portent en d’autres mondes
Le son existe, mon mur vibre, des feuilles tombent
Et une basse les fauche au passage…
Un tzuing de guitare fantôme vient rejoindre
Ses soeurs infras, intra..
Une mélodie de l’erreur, mais agencée pour devenir horizon de son
Mélodie en reverb, dub erratique
Une Espagne synthétique s’invite, bien que spectrale
Et les basses étreignent les cordes réverbérentielles
Irrévérence du langage musical
Moment de répit, juste les cordes
Elles s’étranglent, et moi avec
Les feuilles au sol sont inertes
Les cordes dansent, chantent
Les basses se cachent en wah-wah secrets
Pour reprendre et tonner, en criquet-cliquats
Tatada perdus dans cette alchimie, ça clique et ça claque
J’ouvre les yeux, et la reverb est morte…
[Écris le temps d’un morceau – 9min02]

Posté par _Markus_ à 10:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Que le bruit se fasse beau, que le beau se fasse

Nouveau commentaire